La consoude

Publié le par cyberjard

Il y a dans notre jardin au moins deux pieds de consoude. le premier et sans doute le plus beau et dans la parcelle dite du "jardin moyennageux",  un peu délaissée malheureusement... le deuxième contre le mur de fresques, le voici :

Consoude.jpg

 

La consoude est une plante herbacée vivace du genre Symphytum, de la même famille que la bourrache et le myosotis par exemple (borignacées). Elle aime les endroits humides et ombragés et est très résistante. Son nom provient de sa faculté à accélérer la consolidation des fractures, ce pourquoi elle était très utilisée autrefois.


Ses feuilles velues et assez épaisses, attachées à la tige par un solide pétiole* sont rudes au toucher ce qui permet de ne pas confondre ses jeunes feuilles avec celles de la digitale qui elle est très toxique... Au milieu de la touffe de feuilles émergent des tiges florifères garnies de clochettes de couleur variable. La corolle est formée par 5 pétales soudés ensemble. Les sépales* et les étamines* également au nombre de 5, donnent naissance à 4 graines. Les boutons floraux enroulés en spirale se déroulent et changent de couleur au fur et à mesure de leur épanouissement, pour attirer les insectes pollinisateurs. De même, l'extrémité de la corolle est davantage colorée, comme pour indiquer l'entrée. Les fleurs sont en effet très mellifères*.  Il existe une très grande variété de consoude. Ci-dessous un plant de consoude en fleurs :

consoude--fleurieW.jpg

* pétiole = partie rétrécie de la feuille qui l'attache à la tige.

* sépales = petites feuilles, généralement vertes, qui composent le calice et supporte la corolle des pétales.

* étamine = organe mâle de la reproduction chez les végétaux.

* Les plantes mellifères produisent des substances récoltées par les insectes butineurs pour être transformées  en miel.

 

Utilisations

La consoude est comestible mais il ne faut pas en abuser car à haute dose, elle serait toxique pour le foie. Les très jeunes feuilles ciselées peuvent être ajoutées aux salades ou éventuellement dans des potages ou des légumes car elles sont très riches en protéines et minéraux. C'est d'ailleurs, notamment en Australie, un excellent complément alimentaire pour le bétail mais nous n'en sommes pas là !


Plantes médicinales reconnues depuis l'Antiquité, elles ont connu depuis les années 1960 un nouvel engouement pour leur intérêt thérapeutique et pour le jardin.

Sur le plan pharmacologique, en raison de sa toxicité pour le foie, c'est en usage externe qu'elle est autorisée comme hémostatique, anti-inflammatoire et cicatrisante. C'est la racine qui est employée. N'oublions pas non plus sa faculté de favoriser la formation de nouvelles cellules aussi bien dans la peau que dans les masses osseuses, d'où son nom, comme on l'a vu..

Pour les jardiniers, la consoude est utile car elle est capable de récupérer gratuitement les nutriments du sol ; avec ses profondes racines, elle ramène du sous-sol de nombreux oligo-éléments et minéraux, notamment la potasse (ce qui en fait un excellent engrais pour pommes de terre et tomates).

 

Le purin de consoude 

  Il se fabrique en laissant macérer 1kg de jeunes feuilles de  consoude préalablement grossièrement hachées dans un récipient en plastique contenant 10 litres d'eau de pluie. Poser éventuellement un poids sur une planchette pour que toutes les feuilles soient immergées. Laisser fermenter 8 à 10 jours en ayant soin de remuer tous les jours. Quand la mixture apparaît noire, malodorante et que les feuilles forment une sorte de purée dans le fond du récipient, le purin est prêt à l'emploi

Il ne reste plus qu'à filtrer -en utilisant des gants- par exemple avec un vieux bas disposé sur un seau afin de ne laisser aucun élément végétal dans le purin ce qui aurait comme résultat une fermentation du produit dans le bidon de stockage.


Une fois le purin filtré, le socker à l'abri de la lumière dans un endroit frais. Ne pas en fabriquer des quantités industrielles, car il ne se conserve que quelques semaines. Il sera utilisé dilué à 10%.


Ce purin contient du calcium, du fer, du magnésium, du cuivre, du potassium, du bore, du manganèse et du zinc. Mais je ne vous encourage pas à en boire, utilisez-le plutôt pour arroser les fraisiers, les tomates, les pommes de terre, à la dilution indiquée ci-dessus…


Publié dans Savoir-faire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article