Les engrais verts

Publié le par cyberjard

 

Il existe différentes sortes de terre plus ou moins adaptées à tel ou tel type de plantation : sols acides, calcaires ou argileux mais aussi sols pauvres et caillouteux et sols riches. Mais  le sol peut être enrichi ou conditionné de plusieurs façons :

bien sûr, il y a les engrais chimiques du commerce mais on commence à se rendre compte que le tout chimie peut avoir des effets secondaires nocifs et dans un jardin cultivé sur des bases écologiques comme le compost que nous réalisons sur place,

- les engrais verts, l’objet de notre article d’aujourd’hui

- ou même la technique du Bois raméal fragmenté ou BRF. On avait fait un essai il y a deux ans mais sans broyeur et sans espace vert pour fournir les branchages issus de la taille, ce n’est pas très réaliste

 

Les engrais verts, nous les avons mis en pratique pour la 1ère fois lors de la fête des jardins en 2009. En effet,  notre sol est riche mais très lourd, il colle, il se dessèche vite et alors devient très dur et quasi impossible à travailler. Nous l’amendons avec notre compost fait ici avec les déchets d’épluchage que beaucoup nous apportent et les tontes d’herbe, mais nous voulons encore l’améliorer avec des engrais verts

 

Engrais verts, engraois verts, qu’est-ce que c’est au juste?

Les plantes sont des organismes vivants qui contiennent des éléments comme l’azote, le phosphore, le potassium, le fer, le cuivre etc Chacun de ces éléments joue un rôle spécifique dans la croissance de la plante.

Prenons l’exemple de l’azote, c’est un élément qui stimule leur croissance en contribuant à la construction de protéines et à la formation de la chlorophylle (pigment vert des végétaux permettant la photosynthèse par laquelle la lumière est transformée en énergie pour la cellule).

 

Lorsque la plante manque d’azote, la croissance est ralentie, les feuilles sont plus petites, le plant est vert pâle et les feuilles jaunâtres. En revanche un excès d’azote provoque le développement exagéré du feuillage, la floraison est retardée, la sensibilité aux maladies est augmentée et les feuilles et les plants pourrissent.

 

Vous voyez donc l’importance d’avoir un sol bien équilibré. Certains engrais verts comme la luzerne ou le trèfle sont de bons fixateurs d’azote.

Mais ici, ce n’est pas notre problème, nous voulons surtout rendre la terre plus souple, nous avons donc choisi notre type d'engrais en conséquence, la moutarde que nous avons semée en septembre.

 

 Il y a 3 familles d’engrais verts

-         les légumineuses comme le trèfle, le lupin, la luzerne, apportent beaucoup d'azote aux plantes par leur faculté d'assimiler l'azote de l'air ; 

-         les céréales comme l’avoine, le seigle, le sarrasin, le blé, apportent beaucoup de matières organiques (carbonne)

-         enfin la moutarde et la phacélie

 

Chacun a son rythme de croissance et préfère tel ou tel type de sol. Sur ce jardin, nous avons choisi la moutarde qui accepte tout type de sol et qui pousse vite. De plus elle a tendance à éliminer les mauvaises herbes

 

 Comment  faire ?

 La technique consiste à planter sur une parcelle non utilisée ou dont les plantations ont déjà été récoltées, une plante à croissance rapide, puis à la floraison, la faucher et après une semaine de séchage sur place à l’enfouir dans le sol, presqu’à la surface, pas plus de 3 cm ;  enfoui plus profondément et non décomposé comme il l’est dans le compost, cela perturberait l’indispensable vie microbienne du sol, de plus cet engrais serait mal assimilé.

Il faudra ensuite attendre 3 semaines avant une nouvelle plantation ou semis à cet endroit pour que cet engrais vert ait le temps de bien se décomposer dans le sol. Ce semis ne doit pas intervenir trop tard en saison car le froid empêcherait la levée.

 

Autre avantage de l’engrais vert : il empêche l’érosion et le glissement de la terre quand le sol est en pente.

 

E_Vrt-moutarde.jpg

 

Voici notre expérience. La parcelle choisie est bien bêchée et retournée, nous devons alors

-         légèrement en griffer la surface,

-         semer les graines à la volée et les enfouir légèrement en ratissant avec le dos du râteau, puis tasser la terre, avec un bout de planche

Si nous avons bien travaillé la germination devrait intervenir au bout de quelques jours.

 

Juste au moment de la floraison, avant que celle-ci ne s’installe, nous allons couper ces plants, les laisser un peu sécher sur le sol et une semaine plus tard, nous allons les enfouir légèrement comme décrit précédemment.

 

Au printemps, nous avons retrouvé une terre plus fine et souple et sans mauvaise herbe. De fait sur cette parcelle test, les tomates ont prospéré cette année

 

Pour les amoureux de la précision, indiquons que 20g de graines de moutarde couvrent 10m². Notre parcelle est si petite que nous avons de la graine de moutarde pour bien des années à venir si le jardin persiste… Et cette année, point de parcelle libre, pour l'instant !

Publié dans Savoir-faire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article